Sélectionner une page

Une surveillance judiciaire de moins d’un an

Placé en quartier disciplinaire, il avait menacé de “planter” des surveillants et inscrit sur les murs de sa cellule “Je suis Ganczarski”, du nom du cerveau des attentats de Djerba de 2002, qui a agressé aux ciseaux trois surveillants de la prison de Vendin en janvier 2018.

Selon les informations de franceinfo, Flavien Moreau va faire l’objet d’une surveillance judiciaire pendant onze mois et dix-huit jours à compter de sa libération. Elle prévoit notamment des convocations par le juge d’application des peines spécialisé dans l’antiterrorisme en charge de son suivi et le service d’insertion et de probation (Spip) de Loire-Atlantique. Au-delà de cette période, le trentenaire sera libre, mais restera sous les radars des services de renseignements. plus