Sélectionner une page
  • Le président turc Recep Tayyip Erdoğan a une nouvelle fois exprimé son appréciation pour les encouragements de l’équipe nationale turque.
  • Erdoğan critique l’enquête de l’Union européenne de football comme étant discriminatoire et injuste.
  • Les athlètes turcs vivant à l’étranger ont depuis été “l’objet d’une campagne de lynchage”.

Le président turc Recep Tayyip Erdoğan considère l’enquête menée par l’Union européenne de football (UEFA) comme le résultat des encouragements de l’équipe nationale turque comme un acte discriminatoire. “Nous rejetons l’attitude discriminatoire, injuste et politique de l’UEFA contre notre équipe nationale et ses clubs. “Erdoğan a déclaré jeudi lors d’une conférence de presse à Ankara.

Des audiences disciplinaires ont été demandées à l’UEFA après que des joueurs turcs eurent salué à plusieurs reprises lors des éliminatoires du Championnat d’Europe en octobre et aient ainsi soutenu l’offensive des forces turques dans le nord de la Syrie. Erdoğan n’a pour l’instant aucune compréhension des mesures prises par l’UEFA. “Les athlètes qui représentent notre pays à l’étranger feront l’objet d’une campagne de lynchage depuis le début de l’opération”, a-t-il déclaré. En outre, c’est “le droit naturel de nos athlètes de saluer nos soldats après une victoire”, a poursuivi Erdoğan.

Même en Allemagne, le football amateur est salué

Auparavant, Erdoğan avait déclaré qu’une autre mesure avait été prise par les internationaux turcs. L’attaquant français Antoine Griezmann, par exemple, avait jadis salué le président Emmanuel Macron. “As-tu fait quelque chose à Griezmann, lui as-tu imposé quelque chose?” Avait demandé Erdoğan: “Je comprends le football, quelque chose que tu n’as jamais vu de ta vie.”

Les salutations avaient suscité un débat en Allemagne. Alors que l’équipe nationale turque le fermait lors de la victoire 1-0 contre l’Albanie, Kaan Ayhan et Kenan Karaman, deux joueurs de la Bundesliga, l’étaient. Les deux professionnels de Fortuna Dusseldorf participaient au match de qualification pour le Championnat d’Europe contre la France mais ne participaient plus au salut militaire.

Après la pause internationale, la jubilation de salut dans le football amateur allemand avait trouvé des imitateurs et permis des discussions socio-politiques.